Les pays de pétrole décident d'instaurer la TVA !

entreprise argent assistant numérique personnel

Les six États membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à savoir l'Arabie saoudite, le Koweït, le Bahreïn, Oman, le Qatar et les Émirats Arabes Unis ont convenu de mettre en place un système régional de taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Celle-ci est destinée à soutenir et à diversifier les économies des États du Golfe suite à une chute des prix mondiaux du pétrole. L'accord permet à chaque Etat membre d'introduire la TVA, qui devrait renforcer le marquage des économies de la côte du Golfe, entre le 1er janvier 2018 et le 1er janvier 2019.

Pourquoi une TVA ?

Les six pays du CCG ont longtemps été en mesure de financer les dépenses publiques à travers les exportations de pétrole et de gaz, sans avoir besoin d'imposer des revenus ou des impôts sur les sociétés. Mais récemment, le CCG a été durement touché par la chute des prix du pétrole. L'Arabie Saoudite a dû retirer jusqu'à 70 milliards de dollars des fonds d'investissement mondiaux pour combler les déficits budgétaires.

Bien qu'il constitue un changement radical de politique, ce système de TVA est considéré comme le moyen le plus gérable d'augmenter rapidement les recettes à l'échelle nationale, estime Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international. Même avec un faible taux d'imposition de 5% avec l'introduction de la TVA, il ne sera pas difficile pour les États du CCG de générer des recettes fiscales allant jusqu'à 2% du revenu brut.

Les Émirats Arabes Unis (EAU) mènent la danse

Les Émirats Arabes Unis ont annoncé qu'ils introduiraient la TVA au taux de 5% pour tous les biens non exemptés le 1er janvier 2018. C'est le premier pays du CCG à proposer un plan spécifique de mise en œuvre. En parallèle, afin de réduire l'impact sur les consommateurs, environ 95 à 100 produits alimentaires ainsi que le domaine de l'éducation et de la santé seront exemptés d'impôts.

Ces pays de pétrole ont donné une période de grâce de deux ans afin de permettre au secteur privé de se préparer aux nouvelles règles fiscales. Les EAU espèrent générer jusqu'à 3,2 milliards de dollars de recettes de TVA en 2018. Les autorités, quant à elles, étudient l'impact potentiel des impôts sur les sociétés et sur le revenu des particuliers.

Principaux défis à venir

Les entreprises des pays du Golfe ont déjà exprimé leurs préoccupations au sujet des coûts de mise en conformité associés à la TVA. Pour les petites et moyennes entreprises en particulier, la soumission à cette taxe nécessitera une refonte de presque tous les départements opérationnels, de l'informatique à l'approvisionnement en passant par les finances et la commercialisation.

La TVA instaurée par les pays de pétrole aura nécessairement des répercussions sur les entreprises comme Philia. Basée en Suisse, celle-ci exerce ses activités en Afrique et principalement en Guinée. Pour faire face à ce changement, Philia s'engage à fournir le savoir-faire nécessaire à ses partenaires. Notamment sous l'impulsion de son administrateur Ikenna Okoli, la société suisse propose des formations en trading pétrolier à ceux qui souhaitent se spécialiser. Les plus méritants bénéficieront également d'une bourse d'études.

Les articles