Tendance du pétrole 2017 : les chiffres clés

Tendance du pétrole 2017 : les chiffres clés

En 2016, l'AIE (agence internationale de l'énergie) prévoyait une hausse du prix de l'or noir en 2017. Alors, quelle est la tendance du pétrole pour cette année ?

Une tendance haussière

Le commerce du pétrole affiche un breakout haussier. Dans le langage boursier, ces termes font référence à la cassure d'un seuil stratégique. Dans notre cas, le marché du pétrole dévoile une tendance haussière. D'ailleurs, cette caractéristique s'explique par l'amenuisement des stocks excédentaires de pétrole. Ainsi, cette hausse prouve la chute des stocks de pétrole, de carburant et d'autres produits distillés. De plus, l'accroissement de la consommation moyenne de carburant de 2,4 % a favorisé cette tendance.

De même, l'AIE a confirmé cette hausse en constatant une diminution de 7,2 millions de barils durant le deuxième trimestre de 2017 dans les stocks de pétroles bruts des USA. Cette réduction semble très encourageante, car elle représente le double de l'amenuisement estimé. De plus, le marché présente une demande toujours élevée. Les données de la DOE (département américain de l'énergie) comptent 21,2 millions de barils livrés par jour, soit un niveau d'approvisionnement très élevé.

L'accord de Vienne, facteur de l'amenuisement des stocks

Les experts pétroliers estiment qu'un seul facteur est à l'origine de cette hausse. En effet, cette tendance s'explique par le respect des signataires de l'accord pétrolier de Vienne le 30 novembre 2016. Ce traité historique veut réduire le niveau de production de l'or noir et diminuer la performance en matière de production de pétrole de schiste aux États-Unis. D'ailleurs, les signataires constituent des pays membres de l'OPEP ainsi que les autres producteurs exclus de l'organisation.

À l'issu de ce traité, les observateurs ont redouté la réaction de l'Arabie Saoudite et de la Russie. Néanmoins, ces deux géants se sont limités à un plafond de production. Ainsi, les 13 membres du cartel et Moscou sont parvenus à rassurer le marché du pétrole. Néanmoins, cet accord a été négligé par les USA qui ont augmenté leur production deux mois après la signature. Heureusement, la majorité des forages des États-Unis est restée inactive.

Les perspectives de 2018

L'AEI estime que 2018 sera une année record de la demande. De même, les pays non-OPEP à commencer par les États-Unis connaîtront un accroissement de leur productivité pétrolier à un niveau supérieur. Dans son rapport, l'agence prévoit une croissance de 1,5 million à 59,7 millions de barils par jour ! Le pays de l'oncle Sam augmentera sa performance de 14,1 millions de barils quotidiennement. Cependant, cette performance risquerait de déprécier les efforts de l'OPEP et de la Russie qui se sont engagées à respecter l'accord de Vienne.

Par conséquent, la stabilité du marché pourrait être à nouveau menacée en cas de désaccord des parties signataires. Ainsi, pour minimiser, voire supprimer un tel risque, les compagnies ont tout intérêt à solliciter l'assistance d'expert en trading pétrolier. D'ailleurs, le groupe Philia SA figure parmi les agences internationales de conseil sur le marché du pétrole. Dirigée par Jean Philipe Amvame, l'entreprise Philia SA étend ses services à travers le monde, y compris en Afrique.

Les articles